La dépendance des personnes âgées : comment faire face ?

www.photo-libre.fr

L’assurance dépendance revient de plus en plus dans l’actualité et fait partie des préoccupations des français. Le sujet est d’autant plus difficile à aborder qu’il révèle également quelques maux de notre société : isolement des personnes âgées, nombre de suicides élevé chez ces mêmes personnes…
Toutefois les informations sur le sujet sont encore floues pour beaucoup d’entre nous.

Qu’est-ce que la dépendance ?

On pourrait définir la dépendance comme une perte d’autonomie totale ou partielle et l’incapacité pour un individu d’effectuer des activités de la vie quotidienne sans aide. Se déplacer, cuisiner,  faire sa toilette, s’alimenter soi-même sont des choses qui nous semblent anodines mais qui deviennent difficiles voire impossibles lorsqu’on est dépendant.
La dépendance peut être physique ou psychique. Il existe une grille nationale AGGIR (Autonomie Gérontologique Groupe Iso Ressources) pour déterminer le niveau de dépendance.

Pourquoi la dépendance est devenue préoccupante ?

La première explication est le vieillissement de la population. En France, les personnes âgées de 65 ans et plus représentent près de 17% de la populationselon l’INSEE. D’ici 2025, le nombre de personnes âgées de plus de 75 ans devrait augmenter de 25% soit 6,6 millions de personnes.
Par ailleurs, la prise en charge des personnes touchées reste très élevée. En 2011, elles étaient évaluées à 25 milliards d’euros.

Que font les assurances ?

Les assureurs proposent petit à petit une couverture de ce risque mais l’offre est loin d’être complète et reste assez hétérogène. Pour le moment il n’existe pas de normes ou de conditions minimales à remplir pour les contrats dépendance. 
Le sujet reste relativement « récent » par rapport aux autres domaines de prédilection des assureurs. Pour le moment il y a encore quelques difficultés à évaluer le risque. D’autant plus qu’il n’est pas facile de réduire les risques de pertes d’autonomie.
Par ailleurs, les assureurs peinent à proposer une offre qui traite bien les multiples aspects de la dépendance. Il y a certes les services d’assistance que les assurés peuvent solliciter mais il y a des restrictions. On retrouve la dépendance comme garantie principale au niveau de certaines assurances prévoyance et comme garantie complémentaire au niveau des contrats d’assurance vie. Il y a également de plus en plus de contrats spécifiques couvrants principalement la dépendance.
Si vous devez souscrire un contrat dépendance, pensez à vérifier les deux éléments suivants :
Le délai de carence : c’est une période pendant laquelle la garantie souscrite ne s’applique pas. Elle varie entre un an et trois ans. Si l’assuré devient dépendant pendant cette période ses cotisations lui sont remboursées.
Le délai de franchise : c’est le nombre de jours d’attente entre la survenance du risque et le début de l’indemnisation. Il est généralement de 90 jours.
Actuellement près de 6 millions de personnes ont souscrit une assurance dépendance.

Comment financer la dépendance ?

Une personne dépendante reste à la charge de sa famille. Et celle-ci n’a pas forcément les moyens ni le temps nécessaires pour être à son chevet. Aide à domicile, aide médicale, aménagements de l’habitat ou encore placement dans une maison de retraite ou de repos sont parfois nécessaires voire indispensables. Ces services sont quasiment inaccessibles pour un retraité moyen ou une famille de la classe moyenne. Par exemple pour une personne atteinte d’une lourde dépendance, les dépenses s’élèvent en moyenne à 2500 euros par mois alors qu’une pension de retraite moyenne est de 1200 euros. Les personnes de 60 ans et plus bénéficient d’une Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) en fonction des revenus et du niveau de dépendance.  

Bien que des réflexions soient déjà engagées pour le financement de la dépendance, il n’y a pas encore de solutions concrètes proposées. Il semblerait que la réforme de la dépendance n’aura pas lieu avant 2014. De nos jours la dépendance concerne près de 2,7% de la population des 60-79 ans ; alors la dépendance c’est maintenant ! La journée de solidarité créée depuis 2004 est insuffisante pour couvrir les dépenses. Financer l’intégralité de la dépendance par l’Etat parait inconcevable au vu de la situation économique. Un compromis sera probablement à réaliser entre la contribution publique (venant de l’Etat ou des collectivités) et les indemnités des assurances tout en tenant compte des ressources de chaque individu.

Pour finir, la dépendance soulève à la fois des enjeux démographiques, médicaux mais aussi socio-économiques. La solution ne viendra pas d’une taxe ou d’un impôt supplémentaire puisque les dépenses liées à la dépendance s’accroîtront au fil des ans. D’ici 2035, les + de 60 ans représenteront près d’une tiers de la population. Il conviendra donc d’envisager des pistes réalistes et fiables pour le long terme et surtout d’impliquer les assureurs et les acteurs sociaux aux débats. 

Ce contenu a été publié dans Assurance auto. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.