Adopter la voiture électrique

Le marché de la voiture électrique est en pleine expansion ! En effet par souci écologique de plus en plus de personnes s’intéressent à ce segment de l’automobile, sur lequel se penchent de plus en plus les professionnels du secteur, les assureurs et même les provinces. Des mesures incitatives ont été adoptées et d’autres à venir pour encourager les conducteurs à choisir une voiture écolo au lieu d’un véhicule classique.

La particularité de la voiture électrique

Avec l’apparition de la voiture électrique ainsi que la moto électrique www.moto.ca, le premier constat a été son respect de l’environnement, une voiture verte qui participe à la réduction des émissions des gaz à effet de serre, mais le hic était le prix. En effet ce type de voiture s’est avéré fort dispendieux ce qui n’a pas arrêté les constructeurs à lancer de plus en plus de modèles sur le marché. Si on craignait que la voiture électrique ne puisse parcourir de longues distances, beaucoup d’efforts ont été consentis pour améliorer la capacité de ce véhicule et l’adapter aux besoins des consommateurs.

Les assureurs s’y intéressent

Les compagnies d’assurance au Canada proposent des offres très intéressantes au profit des voitures électriques, des formules diverses font la Une pour intéresser de plus en plus de conducteurs à ce segment de voitures. En effet certaines compagnies d’assurance offrent la possibilité de bénéficier d’une remise de 15% sur une soumission d’assurance auto en ligne pour un véhicule électrique www.quebecannonce.com ou hybride. Alors que d’autres assureurs proposent à leurs clients un rabais sur le kilométrage annuel des voitures électriques à condition qu’il reste assez restreint. A travers cette offre les assureurs essaient d’encourager la limitation de l’utilisation des automobiles et donc les risques afférents à l’usage du véhicule.

Les provinces s’engagent vers les voitures électriques

Pour encourager les conducteurs à investir dans un véhicule écologique, des réductions sur la prime d’assurance auto ont été concédées, ce qui est un atout majeur certes, sans oublier le bonus écologique dont peut bénéficier l’acheteur d’une voiture écolo. Mais le premier souci d’un conducteur c’est le nombre de bornes de rechargement qui reste fort limité et peu étendu. Dans ce sens le Québec a déclaré lors des rassemblements automobiles de la province que Montréal et Québec allaient être équipées de bornes de rechargement en plus grand nombre pour faciliter l’accès à ce service et surtout encourager plus de conducteurs à adopter ce type de véhicule, plus en adéquation avec les principes du respect de l’environnement.
Maintenant il faut que le prix d’achat devient plus accessible et évidement que les conducteurs soient intéressés un peu plus par une voiture électrique qu’un véhicule classique. Les premiers signes sont prometteurs avec les efforts conjugués des constructeurs, des provinces et des assureurs, ce qui promet un bel avenir pour le marché de la voiture électrique au Canada.

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Adopter la voiture électrique

Assurance auto électrique au Canada

Autour de l’assurance automobile électrique au Canada

Pour protéger son véhicule contre les vols, le vandalisme, les accidents entre autres risques, il n’ya pas mieux que de contracter une assurance auto avec les garanties adéquates assurant les dommages et dégâts matériels et corporels causés aux tiers. Pour les adeptes des véhicules écolo notamment électriques ils doivent savoir que ce qui s’applique à une voiture conventionnelle s’applique également à une auto électrique mais avec un bonus en plus.

La loi de l’assurance auto

La loi exige de contracter une assurance auto, d’ailleurs en roulant il faut disposer des papiers d’assurance pour les soumettre aux contrôles de la police le cas échéant, sinon le conducteur risque de se voir confisquer son permis de conduire qui sera suspendu en plus de la saisie de son véhicule. Au canada chaque province dispose d’un minimum de couverture de base mais il est toujours possible de les étendre en contractant des avenants à ajouter sur la police d’assurance. Ceci dit la loi n’oblige pas les automobilistes à avoir une couverture contre les dommages matériels causés au véhicule.

L’assurance auto électrique

L’assurance auto électrique à l’instar de celle de sa congénère classique permet à son propriétaire de profiter d’une couverture médicale en plus d’une protection contre les dégâts matériels ainsi qu’une protection responsabilité civile.

En ce qui concerne la couverture matérielle elle permet de bénéficier d’indemnisation en cas de dommages causés au véhicule à la suite d’un accident, de vandalisme ou d’un vol. Alors que la responsabilité civile s’active lorsque la responsabilité légale du conducteur est engagée afin de dédommager les tiers pour les dégâts corporels et matériels subis. D’un autre côté la couverture médicale porte sur les frais médicaux et les soins prodigués à la suite de blessures, mais elle couvre aussi les dépenses de rééducation, la perte de revenus voire même les dépenses funéraires en cas de décès.

Au moment d’assurer un véhicule électrique, il faut savoir que le montant de la prime dépend du modèle, de sa puissance, des dispositifs de sécurité dont il est doté (airbags, système antivol, …), des garanties choisies, de la territorialité de la couverture entre autres. Mais ce qui rend l’assurance d’une voiture électrique intéressante, c’est que les assureurs proposent souvent des offres spéciales. En effet en achetant un véhicule électrique un conducteur peut profiter d’une réduction qui peut atteindre 15% voire 20% sur la prime d’assurance. Ou encore une remise en fonction du kilométrage parcouru, plus celui-ci est limité plus la réduction est importante. Afin de pouvoir profiter des meilleures offres, il serait judicieux de se renseigner sur les propositions de différents assureurs et de procéder à un comparatif afin de déterminer l’option la plus avantageuse et la plus compétitive en termes de primes.

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Assurance auto électrique au Canada

Quand les politiques auront fini de se mêler de sujets qu’ils ne maîtrisent pas …

Quand les politiques auront fini de se mêler de sujets qu’ils ne maîtrisent pas …

benoit-hamon.jpg    touraine-960-320.jpg

La frénésie de règlementation tourne au cauchemar !
Cela a d’ailleurs été noté en ouverture des deux derniers déjeuner-débat du LAB ; avec Bruno ROUSSET et avec Jean-Pierre MENANTEAU : leur premier souci : le harcèlement textuel !

Quand Benoît Hamon se met en tête de redonner du pouvoir d’achat aux consommateurs en instaurant la résiliation infra-annuelle, la mise en ordre des organisations et processus monopolise une quantité de ressources, aux dépends de la modernisation de notre profession et de l’innovation.
Quant aux résultats de ladite loi : il ne semble pas y en avoir en MRH, tandis que la charge administrative supplémentaire et le raccourcissement du ROI commercial en auto provoque une hausse incontournable des tarifs.
Quand Marisol Touraine jette une grenade dans l’Assurance Santé Complémentaire, on sait bien que c’est par idéologie, et non pour améliorer la couverture des salariés. Car pour ce qui concerne le niveau de couverture, c’est un grand fiasco.
A lire ou relire via l’excellente news letter Assurbanque, l’étude commandité et publiée par M comme Mutuelle sur l’impact de l’ANI : 5 à 15 % des TPE pas équipées ; pour les autres, 90% des entreprises ont opté pour le panier de soins minimum, soit en alignant les contrats existant par le bas, soit en souscrivant à minima ; une Santé Complémentaire à deux vitesses… et la nécessité pour ceux qui le peuvent, de souscrire une surcomplémentaire…à leurs frais !

Bravo les politiques, on vous adore !

Publié dans Assurance auto | Laisser un commentaire

Faire et refaire, c’est toujours travailler…

Décidément, rien ne change ! On met toujours la charrue avant les bœufs ! Il serait tellement plus simple de faire plancher le Marketing pour tester les nouveautés avant de les lancer !
Voici la dernière communication du Crédit Mutuel à propos de la nouvelle version du site :

creditmutuel.gif

Madame, Monsieur,

Vous avez déjà eu l’occasion d’utiliser le nouveau site internet du Crédit Mutuel. Pendant plusieurs mois nous avons recueilli les avis de nos clients. Nous avons tenu compte des difficultés rencontrées et des suggestions pour améliorer la gestion des comptes.

Ce qui change :

L’organisation du menu de gestion de vos comptes a ainsi été revue et simplifiée. Nous avons repris la structure de l’ancien site……..

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Faire et refaire, c’est toujours travailler…

Big Data : révolution pour l’Assurance ?

Si le sujet phare pour l’Assurance (en dehors de la frénésie réglementaire, bien sur) semble être le Digital, alors que dans la plupart des cas il s’agit avant tout de numériser les process traditionnels des organisations en silos, la vraie révolution pourrait bien être le Big Data. Au-delà des incantations des consultants d’une part et du rejet par une partie des techniciens et actuaires d’autrlivr_big_data.gife part, l’introduction du Big Data dans tous les domaines de l’assurance (tarification comportementale, gestion des risques, gestion des contrats et des clients, indemnisation et fraude, gestion actif-passif,…) s’avère structurante pour la profession. S’il est peu probable que les grandes entités puissent changer fondamentalement leurs organisations et leurs outils de gestion, il n’en reste pas moins qu’elles devront intégrer cette nouvelle dimension, quitte à sous-traiter, conclure des partenariats, créer des start-up,…
Il est envisageable que de nouvelles entités voient le jour, fondant leurs business-models sur l’utilisation intensive du Big Data (news players, courtiers, grossistes,…).
Restent des questions fondamentales comme le partage des données, la mutualisation, la réduction des marges et, bien sûr, la règlementation.
Toutes ces interrogations sont soulevées, des éléments de réponses sont apportés, des hypothèses sont formulées, dans l’ouvrage « Big Data, opportunité ou menace pour l’assurance (éd. Revue Banque). Leurs auteurs, Patrick THOUROT (ex DG de SCOR et d’ATHENA et Kossi Ametepe Folly, actuaire chez Forsides France), nous livrent une analyse unique fondée sur la parfaite connaissance des mécanismes assurantiels.
La présentation de cet ouvrage fera l’objet de l’After-Work du CercleLab le 16 juin prochain (réunion gratuite, réservée aux membres du CercleLab).

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Big Data : révolution pour l’Assurance ?

Et la courtoisie, bordel ?

bouquet-690657__340.jpgOn connaît les difficultés rencontrées par les PME fournisseurs de l’Administration : arcanes administratives, délais de paiement, etc.
Mais on peut (doit !) aussi évoquer les soucis rencontrés par les prestataires des sociétés d’assurance.
La lutte du pot de terre contre le pot de fer est pour elles une réalité quotidienne.
Il est révolu l’heureux temps où – à l’instar de la souscription de risques – la parole donnée était sacrée. Désormais, il est courant de renier ce qui avait été accepté, de remettre en question les montants d’honoraires pourtant validés, de faire fi des conventions de partenariat passées ; et cela avec, en prime, la menace de ne plus pouvoir espérer aucune relation commerciale avec l’entité cliente.
Mais pour qui se prennent donc ces chefaillons dès lors qu’ils disposent d’un chéquier ?
Et quel impact négatif sur l’image de la société !
Il fut un temps  – dans les 90’ – où le Management par la Qualité était en vogue. La mise en œuvre de politiques de TQM1 obligeait l’entreprise à veiller à la qualité de ses relations avec l’ensemble de ses publics (les stakeholders) : actionnaires, clients, personnel, fournisseurs. Mais ça, c’était avant…
Et que penser de tels comportements lorsqu’il s’agit de relations entre ex-collègues. Je pense notamment aux conseils, formateurs, recruteurs qui ont préalablement exercé dans l’Assurance et qui espéraient un traitement plus favorable de la part de leurs pairs. Certes, on sait que les responsables sont harcelés de sollicitations et qu’ils ne peuvent pas recevoir tous les fournisseurs. Mais un peu de courtoisie n’est pas trop demandée lorsque l’appel émane d’un ex-collègue et/ou de quelqu’un qui a pu apporter son aide à un moment moins glorieux de sa carrière professionnelle. Les profiteurs de réseau sont malheureusement monnaie courante ; vous savez, ceux qui activent les amis lorsqu’ils sont en difficulté et qui les ignorent dès qu’ils sont en poste !
Mais qu’ils se rassurent, tout se paie un jour. Et si la CNIL n’autorise pas les listes noires numérisées, elle n’a aucune prise sur notre mémoire. A bon entendeur, salut…

1 Total Quality Management

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Et la courtoisie, bordel ?

Chapeau bas Henry !

Même la télé en parle !Hengelhardt.jpg
Un don de 7 millions de Livres fait par le PdG d’ADMIRAL (UK) à ses collaborateurs à l’occasion de son départ en retraite.
Henry HENGELHARDT avait fondé Admiral dans les années 90, suivant le modèle disruptif de Direct-Line (vente directe par téléphone) et ainsi été l’un des acteurs principaux de la révolution de la distribution d’Assurances Dommages en Grande-Bretagne, jusque-là détenue par le courtage.
J’ai eu l’occasion de le rencontrer à l’époque où j’étais au CAPA car il manifestait des velléités sur le marché français de l’assurance auto…
Un vrai visionnaire, un formidable manager et, maintenant, un vrai philanthrope.
Gageons qu’il fera des émules dans la profession ( ?)
Tiens, au fait, n’a-t-on pas annoncé une retraite prochaine chez le N°1.
Alors, les copains d’AXA : espoir ?

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Chapeau bas Henry !

A quand la fin des managers-dinosaures ?

A l’heure où l’on évoque régulièrement la nécessité d’adapter les pratiques managériales à la montée en puissance des nouvelles générations (Y, puis Z), on s’étonne parfois (souvent ?) du niveau actuel de l’encadrement. En effet, avant même de moderniser les pratiques, ne serait-il pas salutaire de commencer par mettre à jour l’existant ?
On pense notamment aux managersdinosaure.jpg antédiluviens qui restent prisonniers des modèles du XIXe siècle. Ainsi, pour certains, l’information est une source de pouvoir (donc ne se partage pas), l’animation des équipes ne connaît que le sens « top-down », la participation à des échanges professionnels est un privilège de chef ; pis, toute participation à des événements externes serait susceptible d’altérer la productivité, voire favoriserait le turn-over…
Ces managers-dinosaures existent toujours et on en rencontre presque quotidiennement. Bien sur, on espère que le glissement générationnel fera bientôt d’eux un lointain souvenir…
Cependant, on peut s’interroger quant aux formations dispensées. Au-delà des techniques enseignées  dans les écoles – grandes ou petites – , quelle place est vraiment faite aux pratiques managériales ? A en juger sur le terrain, cette matière est quasi-ignorée… ou bien mal enseignée ! Et souvent, le phénomène s’aggrave avec la position hiérarchique !
Du côté de l’entreprise, de la même façon que l’on impose la parité et la diversité, il devrait être intégré dans les outils RH (définition de poste, objectifs, carte de score, évaluation annuelle, etc.) l’obligation d’améliorer continuellement les compétences, notamment en s’ouvrant davantage aux problématiques professionnelles et aux changements de l’environnement (technologique, concurrentiel,…). A cet effet, il existe des organismes (LAB, Adetem notamment) qui apportent, au travers des différents formats de rencontres et d’échanges, les moyens de rendre les collaborateurs plus performants, et même d’accroître leur valeur sur le marché de l’emploi. Ce que certaines enseignes d’assurance ont compris ; mais pas toutes…
On en viendrait presque à rêver que la participation à nos échanges devienne obligatoire…

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur A quand la fin des managers-dinosaures ?

Jean-Pierre MENANTEAU au LAB le 8 avril

Les Groupes de Protection Sociale sont devenus des acteurs importants et incontournables de l’assurance en France. 
– Comment sont-ils devenus aussi concurrentiels ? 
– Quels sont leurs atouts mais aussi les défis qu’ils doivent relever ? 
– Jusqu’où peuvent-ils se diversifier voire s’internationaliser ?

Aux commandes d’un des plus importants groupes de protection sociale après une expérience à la fois dans le secteur public (SNCF) et l’Assurance (Administrateur de CNP et PDG d’AVIVA),
Jean-Pierre MENANTEAU, Directeur Général du Groupe HUMANIS sera l’invité du prochain Déjeuner-Débat du CercleLAB le 8 avril prochain.

Un déjeuner-débat sans langue de bois, sans compte-rendu et… sans journaliste : les vrais OFF, c’est au LAB !

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Jean-Pierre MENANTEAU au LAB le 8 avril

La Relation client en Assurance Vie : zéro pointé !

Très bientôt, on va parler de Relation-Client omnicanale au LAB (matinée-conférence du 31 marsrelation client image.jpg à ne pas manquer).
Bien sûr, on  abordera le sujet de façon transversale, c’est-à-dire toutes branches, tous types d’intervenants confondus.
Pourtant, il me semble intéressant de descendre un peu dans les spécificités propres à chaque branche. Ainsi, sur un panel qui se veut absolument non-représentatif, c’est-à-dire Moi et mes quelques contrats Epargne-Vie que j’ai pu souscrire (HSBC Assurance, GAN, CNP, …) on ne peut que constater l’absence de contact en cours de vie du contrat hormis la réception du relevé de situation une fois l’an.
Et, surtout, jamais de sollicitation pour effectuer de nouveaux versements. Ces campagnes marketing que je pratiquais régulièrement alors que j’étais en charge du développement des particuliers du Groupe CRI (devenu depuis Humanis) avaient non seulement l’avantage de rapporter des souscriptions en vente à distance à moindre frais (ad-selling vers les clients en portefeuille) et, surtout, de ne jamais être exposé à la négociation des frais sur versement…
Au moment où tant d’assureurs s’emballent à propos des Objets Connectés, prétendument solution miracle de la Relation-Client, ne ferait-on pas bien de revenir un peu aux basiques ?

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur La Relation client en Assurance Vie : zéro pointé !

L’Assurance Vie n’est pas à un paradoxe près

autoponts.jpgLes professionnels se félicitent des résultats de l’Assurance Vie en 2015, ainsi que des tendances observées en ce début 2016 : la croissance est au rendez-vous, et les quelques mois d’inquiétude de l’an passé sont déjà oubliés.
Pourtant, à y regarder de plus près, ce marché de l’Epargne est truffé de contradictions :

  • on continue à rémunérer entre 2 et 3% les contrats Vie alors que les placements effectués par les compagnies sont aujourd’hui bien inférieurs, voire négatifs en ce qui concerne des obligations d’état. Certes, comme le rappelait récemment Henri de Castries sur BFM, le cycle long de l’Assurance Vie permet de choisir des investissements à espérance de rémunération supérieure quoique plus risqués. Jusqu’à quand ?
  • la baisse de rendement de l’épargne impacte la capacité de rémunération des forces commerciales, d’autant plus que la volonté des intervenants de favoriser les UC nécessite – normalement – un effort accru de conseil et de persuasion.
  • Cette réorientation vers la vente d’UC – bien souvent au mépris d’un traitement équitable des clients (cf. différenciation des taux servis sur le fonds Euros en fonction de la souscription d’UC !) – se heurte à la faible appétence au risque de la part de la clientèle et, à n’en pas douter, au devoir de conseil.

Alors, l’Assurance Vie à la croisée des chemins ?
On en parle au LAB le 30 mars

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur L’Assurance Vie n’est pas à un paradoxe près

Peut-être 4 raisons de souscrire (à vérifier…) mais au moins une bonne de ne pas le faire !

Pub Allianz.jpgVoici encore une publicité mettant en avant des arguments « bateau » ; ex. « l’expertise Allianz, leader européen de l’assurance » : cela ressemble aux pubs que l’on faisait dans les 70’ avec la photo de la tour, siège de la compagnie. On était très fier mais l’avantage client là-dedans ?
Une bonne raison de ne souscrire : la compagnie ne prend pas en charge l’indemnisation auto directement auprès du garage. Donc le client doit avancer les fonds… quand bien même le garage en question est bien connu puisqu’il fournit les véhicules de direction de ladite compagnie !
Bien sûr il y a les garages agréés ! Mais l’expérience de la réparation de mon Audi TT lorsque j’étais au GAN m’a refroidi. J’avais bénéficié du service Autopresto et l’on était venu chercher ma voiture à la Défense en m’apportant un véhicule de remplacement. Lorsqu’on me l’a rapportée j’ai constaté une coulée de peinture sur l’aile. Je me suis donc rendu dans ce garage ; et là, stupeur : je suis arrivé dans un bouge du 18e arrondissement (difficile d’accès, petit, sale, encombré,…).
Alors, ce type de garage agréé, messieurs les assureurs, vous les gardez ; mon véhicule continuera d’être entretenu et réparé par le concessionnaire. Mais pour vos pubs, trouvez de vrais arguments Client.

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Peut-être 4 raisons de souscrire (à vérifier…) mais au moins une bonne de ne pas le faire !