Adopter la voiture électrique

Le marché de la voiture électrique est en pleine expansion ! En effet par souci écologique de plus en plus de personnes s’intéressent à ce segment de l’automobile, sur lequel se penchent de plus en plus les professionnels du secteur, les assureurs et même les provinces. Des mesures incitatives ont été adoptées et d’autres à venir pour encourager les conducteurs à choisir une voiture écolo au lieu d’un véhicule classique.

La particularité de la voiture électrique

Avec l’apparition de la voiture électrique ainsi que la moto électrique www.moto.ca, le premier constat a été son respect de l’environnement, une voiture verte qui participe à la réduction des émissions des gaz à effet de serre, mais le hic était le prix. En effet ce type de voiture s’est avéré fort dispendieux ce qui n’a pas arrêté les constructeurs à lancer de plus en plus de modèles sur le marché. Si on craignait que la voiture électrique ne puisse parcourir de longues distances, beaucoup d’efforts ont été consentis pour améliorer la capacité de ce véhicule et l’adapter aux besoins des consommateurs.

Les assureurs s’y intéressent

Les compagnies d’assurance au Canada proposent des offres très intéressantes au profit des voitures électriques, des formules diverses font la Une pour intéresser de plus en plus de conducteurs à ce segment de voitures. En effet certaines compagnies d’assurance offrent la possibilité de bénéficier d’une remise de 15% sur une soumission d’assurance auto en ligne pour un véhicule électrique www.quebecannonce.com ou hybride. Alors que d’autres assureurs proposent à leurs clients un rabais sur le kilométrage annuel des voitures électriques à condition qu’il reste assez restreint. A travers cette offre les assureurs essaient d’encourager la limitation de l’utilisation des automobiles et donc les risques afférents à l’usage du véhicule.

Les provinces s’engagent vers les voitures électriques

Pour encourager les conducteurs à investir dans un véhicule écologique, des réductions sur la prime d’assurance auto ont été concédées, ce qui est un atout majeur certes, sans oublier le bonus écologique dont peut bénéficier l’acheteur d’une voiture écolo. Mais le premier souci d’un conducteur c’est le nombre de bornes de rechargement qui reste fort limité et peu étendu. Dans ce sens le Québec a déclaré lors des rassemblements automobiles de la province que Montréal et Québec allaient être équipées de bornes de rechargement en plus grand nombre pour faciliter l’accès à ce service et surtout encourager plus de conducteurs à adopter ce type de véhicule, plus en adéquation avec les principes du respect de l’environnement.
Maintenant il faut que le prix d’achat devient plus accessible et évidement que les conducteurs soient intéressés un peu plus par une voiture électrique qu’un véhicule classique. Les premiers signes sont prometteurs avec les efforts conjugués des constructeurs, des provinces et des assureurs, ce qui promet un bel avenir pour le marché de la voiture électrique au Canada.

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Adopter la voiture électrique

Assurance auto électrique au Canada

Autour de l’assurance automobile électrique au Canada

Pour protéger son véhicule contre les vols, le vandalisme, les accidents entre autres risques, il n’ya pas mieux que de contracter une assurance auto avec les garanties adéquates assurant les dommages et dégâts matériels et corporels causés aux tiers. Pour les adeptes des véhicules écolo notamment électriques ils doivent savoir que ce qui s’applique à une voiture conventionnelle s’applique également à une auto électrique mais avec un bonus en plus.

La loi de l’assurance auto

La loi exige de contracter une assurance auto, d’ailleurs en roulant il faut disposer des papiers d’assurance pour les soumettre aux contrôles de la police le cas échéant, sinon le conducteur risque de se voir confisquer son permis de conduire qui sera suspendu en plus de la saisie de son véhicule. Au canada chaque province dispose d’un minimum de couverture de base mais il est toujours possible de les étendre en contractant des avenants à ajouter sur la police d’assurance. Ceci dit la loi n’oblige pas les automobilistes à avoir une couverture contre les dommages matériels causés au véhicule.

L’assurance auto électrique

L’assurance auto électrique à l’instar de celle de sa congénère classique permet à son propriétaire de profiter d’une couverture médicale en plus d’une protection contre les dégâts matériels ainsi qu’une protection responsabilité civile.

En ce qui concerne la couverture matérielle elle permet de bénéficier d’indemnisation en cas de dommages causés au véhicule à la suite d’un accident, de vandalisme ou d’un vol. Alors que la responsabilité civile s’active lorsque la responsabilité légale du conducteur est engagée afin de dédommager les tiers pour les dégâts corporels et matériels subis. D’un autre côté la couverture médicale porte sur les frais médicaux et les soins prodigués à la suite de blessures, mais elle couvre aussi les dépenses de rééducation, la perte de revenus voire même les dépenses funéraires en cas de décès.

Au moment d’assurer un véhicule électrique, il faut savoir que le montant de la prime dépend du modèle, de sa puissance, des dispositifs de sécurité dont il est doté (airbags, système antivol, …), des garanties choisies, de la territorialité de la couverture entre autres. Mais ce qui rend l’assurance d’une voiture électrique intéressante, c’est que les assureurs proposent souvent des offres spéciales. En effet en achetant un véhicule électrique un conducteur peut profiter d’une réduction qui peut atteindre 15% voire 20% sur la prime d’assurance. Ou encore une remise en fonction du kilométrage parcouru, plus celui-ci est limité plus la réduction est importante. Afin de pouvoir profiter des meilleures offres, il serait judicieux de se renseigner sur les propositions de différents assureurs et de procéder à un comparatif afin de déterminer l’option la plus avantageuse et la plus compétitive en termes de primes.

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Assurance auto électrique au Canada

Complémentaire Santé : pourquoi rester dans l’océan rouge ?

Les acteurs de l’Assurance Santé Complémentaire se débattent dans un océan rouge1 ; ceci par l’action combinée de plusieurs facteurs :
1. L’Etat : à la fois par une règlementation changeant de façon incessante, modifiant les conditions de marché (cf. ANI), fixant les garanties , limitant les possibilités de prise en charge des frais de soins, encadrant l’analyse et la prise en charge des risques, bloquant la disponibilité des données de santé et –las but not least – en estimant (quelle que soit l’appartenance politique ) que la santé des concitoyens relève du domaine régalien et non d’opérateurs indépendants, fussent-ils mutualistes.

  1. La standardisation : en déclinaison directe de la mainmise de l’Etat, la standardisation des garanties et la faible différenciation des intervenants (on pourrait aussi évoquer leur instinct grégaire).
  2. La multiplicité des offreurs : compagnies d’assurances, bancassureurs, IP, mutuelles 45, grossistes/courtiers et même le on-line.
  3. La concurrence exacerbée sur les prix poussée jusqu’à la vente à perte.

Un tel marché mérite t-il de s’y investir ?
D’autant que les exigences techniques, de gestion, de commercialisation sont élevées.
D’aucuns agitent à l’horizon le spectre des nouveaux entrants et de l’ubérisation ; notamment issus de la nouvelle économie dont on connaît les moyens financiers pharaoniques et la capacité de gérer la relation-client.
Existerait-il un océan bleu ? Un marché nouveau sur lequel l’offre serait unique ou presque car sortant de l’encadrement mortifère du marché tel que nous le connaissons actuellement ?

Un groupe d’étudiants de l’ENASS, sous la direction du LAB, à mis en évidence des opportunités d’un nouveau type s’appuyant sur des services tangibles et sur la prévention 2.
Il existe manifestement des segments de clientèle sensibilisés au maintien de leur santé et enclins à investir dans ce domaine, quitte à s’acquitter d’un niveau de taxe supérieur à celui du contrat dit responsable…
Les assureurs pourraient être légitimes à proposer ce type de prestations ; mais pas qu’eux…
le blocage est sans doute en grande partie interne car  l’innovation de rupture  nécessaire est contrecarrée par les freins (rédhibitoires ?) avancés par les professionnels :

  • La prévention est du domaine de l’Etat (l’assureur peut collaborer mais pas être moteur)
  • La prévention ne profite pas à l’assureur qui les met en place
  • ROI de la prévention difficile à évaluer
  • Les clients sont réfractaires à payer pour des services et la prévention
  • Cela a toujours été gratuit, il est difficile de passer du gratuit au payant (ce qui est gratuit n’a pas de valeur)
  • La concurrence est trop forte sur les prix
  • Les commerciaux ne sont pas disposés à  « vendre » ces prestations

Reste que d’autres acteurs plus agiles, sans apriori et adeptes du Test & Learn peuvent s’emparer du sujet et transforme  la  Complémentaire Santé en une brique au sein d’un package de services et la soumettent à appels d’offres réguliers.
On a vu ce que cela donne dans l’assurance des mobiles…

Christian PARMENTIER
Fondateur du LAB

1 La Stratégie Océan Bleu par  W. Chan Kim et Renée Mauborgne

2 Etude présentée lors de la Matinale du CercleLab le 14 juin 2017

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Complémentaire Santé : pourquoi rester dans l’océan rouge ?

Le trajet le plus sur.fr : tout simplement ridicule !

escargot.jpgGroupama a lancé il y a peu un site destiné à aider les automobilistes à préparer leurs voyages en toute sécurité.
Louable intention qui peu donner une image positive de l’institution et créer de la relation-client.
Sauf qu’en testant l’outil, on découvre son ineptie.
Jugez plutôt : pour quelques trajets-test, le trajet le plus sur.fr donne les résultats suivants :
– Paris – St Malo : le + rapide 4h07 / le plus sur 6h38
-Paris – Molliets : le plus rapide 6h53 / le plus sur 11h17
-Tours – Antibes : le + rapide 8h30 / le plus sur 12h44

Reste Lyon – Lille : 6h05 contre 6h18 : mais là, difficile d’échapper au tout-autoroute…
Qui  va donc suivre ce conseil qui accroît de 50% ou plus son temps de trajet ?

Peut-être les nostalgiques de la diligence ou alors, et l’histoire ne le dit pas, on s’arrête un moment avec cerise 🙂 ?

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Le trajet le plus sur.fr : tout simplement ridicule !

Wilov, yes we love, but will they buy it ?

La start-up Wilov vient de lancer – en partenariat avec Suravenir – une assurance auto « Pay when You Drive ».
Le principe est séduisant : une garantie de base RC toute l’année couplée à une garantie Dommage uniquement les jours où le véhicule est en circulation ; ceci grâce à une appli sur smartphone.
Les esprits critiques pourraient dire « tiens, on redécouvre l’assurance temporaire ! ».
Les optimistes y verront un moyen de maîtriser le budget assurance : « lorsque je n’utilise pas, je ne paie pas » et la technologie actuelle permet enfin de souscrire une assurance temporaire en quelques clics.
Mais les rationnels feront remarquer que l’assurance tempo n’a jamais été moins chère que l’assurance annuelle puisque le risque est parfaitement identifié avec une garantie limitée aux périodes de mise en vigueur. La cotisation tient donc compte de l’utilisation.
Au demeurant, avec un tarif de 15 €/mois minimum en RC et 1 € minimum par jour pour le Dommage, on peut estimer  que la prime globale sera peu différenciée d’une prime annuelle classique avec kilométrage limité !
Si l’on écarte « l’avantage » de la modernité (garantie actionnée par le smartphone), on peut redouter :
– de ne pouvoir être assuré (ou de ne pouvoir utiliser son véhicule) si l’on oublie ou égare son smartphone ou encore s’il est déchargé…
– de ne pouvoir prêter son véhicule car il faut en même temps prêter son smartphone !
– une prise de garantie différée en cas d’absence de signal (ex. au 3e sous-sol de mon parking)
-etc.
On ne doute pas que ces freins et limites aient été identifiés par les créateurs. Mais, à première vue, cela ne saute pas aux yeux !
Et à noter quand même que le meilleur moyen de compresser le prix en assurance est d’appliquer l’option au plus grand nombre. Les exemples sont légion ; comme celui de l’Assistance qui était vendu aux guichets de banques à 230 Francs (eh oui, c’était en francs !), jusqu’au jour où Mondial Assistance a proposé la généralisation à tout le portefeuille moyennant 49 Francs…
Bonne chance quand même.

tirelire auto.jpg

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Wilov, yes we love, but will they buy it ?

Associations d’assurés : clients vous n’êtes pas les bienvenus !

Associations d’assurés : clients vous n’êtes pas les bienvenus !

 J’ai déjà eu l’occasion sur ce Blog (art du 18 septembre 2013) d’évoquer les associations d’assurés. Créées à l’origine pour échapper à la taxe sur l’assurance vie (AFER) et négocier les meilleures conditions avec l’assureur, leur utilité aujourd’hui ne se résume t-elle pas à bénéficier pour l’assureur d’une structure souscriptrice bien maîtrisée et très compréhensive vis-à-vis des contraintes de l’assureur au sein desquels seuls quelques afficionados participent aux discussions ?
Adhérent à un contrat de ce type, je reçois une convocation à l’AG annuelle pour un vendredi 20h à Roissy !!! *

Pour éviter de rencontrer les assurés, on peut difficilement mieux faire…

  • Association Amphitéa d’AG2RLMbeestenboel-02.jpg

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Associations d’assurés : clients vous n’êtes pas les bienvenus !

DDA : la révolution pour 2018

Les grandes lignes :

Après l’obligation d’information et la formalisation du devoir de conseil  édictés en …., le législateur européen a, en 2016, suivi les recommandations de l’EIOPA (Autorité européenne de surveillance des assurances et pensions) en approfondissant et élargissant les règles concernant la distribution d’assurance.

La transposition de ces nouvelles règles doit être effective le 23 février 2018 et s’applique non plus seulement aux intermédiaires mais également à tout type de distribution. Sont donc maintenant touchés la distribution par les mutuelles et les banques, les grossistes, les comparateurs et même les non assureurs comme les vendeurs de voitures, de téléphones mobiles ou de voyage (avec des dérogations pour ces derniers).

L’aspect inquiétant est qu’il s’agit de dispositions a minima et que chaque état a le loisir de les renforcer ; et, connaissant notre législateur français…

Cette Directive (DDA pour Directive sur la Distribution d’Assurance) instaure une Gouvernance Produit (ou POG pour Product Oversight & Gouvernance Requirements).
Ainsi, le concepteur d’un produit d’assurance (ou en cas de modification significative d’un produit existant) doit :
– déterminer le marché-cible
– évaluer les risques pertinents de ce marché-cible
– déterminer la stratégie de distribution
– prendre les mesures pour distribuer le produit au marché-cible
De plus, il doit s’assurer de l’adéquation des mesures dans le temps.

La nouvelle règlementation prévoit 3 niveaux de distribution :
– la vente sans conseil
– la recommandation personnalisée
– l’analyse impartiale et personnalisée (donc fondée sur une pluralité d’offres concurrentes, c’est-à-dire le vrai courtage)

Les informations pré-contractuelles sont renforcées et donneront lieu à des questionnaires plus complets permettant d’identifier les besoins du client, son risque, les garanties adaptées… et instaureront une transparence plus grande, notamment quant aux participations des sociétés d’assurance chez le distributeur et quant à son système de rémunération.
Le commissionnement n’a pas (encore ?) été proscrit mais on voit bien que le système-cible recherché pour les intermédiaires est celui des honoraires.

La réglementation insiste sur le fait d’éviter les conflits d’intérêts entre le distributeur et le client. Le système de rémunération est donc fortement impacté puisque les objectifs par produit doivent disparaître, ainsi que les incentives à destination des commerciaux.

Enfin, la DDA instaure une obligation de formation continue dont le minimum est fixé à 15h par mois.

Quels impacts ?

? L’obligation de définir des marchés-cibles et de vérifier l’adéquation de la distribution.
On pourrait se dire que cela va de soi ! C’est même le B-A-BA du marketing. A croire que les sociétés d’assurance sont tellement mauvaises en marketing qu’il faut que le législateur s’en mêle ! Il est vrai que les contrats « couteau suisse » ne plaident pas en faveur d’une approche segmentée du marché. On devrait donc assister à une profusion de contrats ciblés et standardisés.

 L’obligation de vérifier que la distribution se fait conformément à la politique définie pour le marché-cible.
Grande révolution dans le Landerneau de l’assurance où chaque distributeur vendait à peu près ce qu’il voulait à qui il voulait. C’est le Marketing de Distribution ou Trade-Marketing qui est enfin à mettre en œuvre.

La formalisation accrue de la politique de distribution et du devoir de conseil obligera les sociétés distribuant par des indépendants à réviser en profondeur les conventions de distribution.

Bien sûr, les OAV devront être revus.

? L’interdiction des objectifs et incentives basés sur la vente de produits.
C’est toute l’animation des réseaux qui est impactée. Il va falloir redéfinir les objectifs et mettant le besoin du client au centre : qualité de vente, de conseil, fidélisation, NPS,…
Finis les cadeaux et voyages gagnés avec des scores de ventes, notamment lors des fameux « temps forts ».
Les animateurs de réseaux ont vraiment à se creuser la tête pour trouver de nouveaux moyens de motiver leurs forces de ventes !

 La mise en œuvre coûteuse de ces mesures représentera une charge importante pour les petits cabinets qui seront enclins soit à se regrouper, soit à créer des GIE. Sans doute opteront-ils pour une spécialisation plus marquée. Selon certains observateurs, si le métier de courtier de proximité tendra à se rapprocher de celui d’AGA, celui d’agent ressemblera de plus en plus  à celui de conseiller salarié !

 Quant à la vente à distance, les formalités deviendront telles que la vente en 1 temps va devenir très difficile, augmentant ainsi les coûts de distribution…

? Concernant la commercialisation multicanal, l’application de la DDA va sans aucun doute poser de multiples problèmes. Une chose est certaine, la digitalisation de la commercialisation va aller en s’accentuant.

                                                                                         °

                                                                          °                            °

Lourde de conséquences, cette Directive a au moins comme avantage pour les opérateurs en place d’ériger de nouvelles barrières à l’entrée dans leur métier…

Autre avantage – pour le client celle-ci – l’obligation de suivi de l’adéquation du produit aux besoins dans le temps : là encore, c’est le législateur qui impose le suivi client qui a toujours été le grand absent des politiques commerciales de l’assurance.

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur DDA : la révolution pour 2018

La directive DDA : énoncer des évidences et remettre en cause la fonction commerciale.

JPD.jpgpar Jean-Pierre Daniel, Dirigeant de Vigie

Si la directive DDA peut faire l’objet de critiques, un point positif – un seul- doit être souligné. Le texte indique qu’il s’appliquera à tous ceux qui vendent de l’assurance quel que soit le statut juridique du producteur ou du distributeur. En France où mutuelles sans intermédiaires et banques ont fait le choix de bien former leur personnel, cela sera sans conséquences mais cette égalité de traitement aura des effets positifs pour le consommateur sur les marchés où traditionnellement la formation n’est pas perçue comme indispensable.

A part cet élargissement de son champ d’application par rapport à la directive de 2002, le reste du texte suscite beaucoup d’interrogations. De nombreuses dispositions consistent à obliger les entreprises à faire ce qu’elles font déjà. Les sociétés, dans la logique de Solvabilité II, devront écrire les politiques préalables au lancement d’un produit sur le marché, comme si aujourd’hui les entreprises ne réalisaient pas d’études et n’établissaient pas de business plan au moment du lancement d’un produit. Il faudra évaluer régulièrement si le produit correspond toujours aux besoins du marché. En général il suffit de constater la baisse des ventes pour faire ce constat. Les distributeurs quant à eux – et tous les distributeurs quels que soient leur taille et leurs moyens – devront définir une stratégie de distribution et remonter des informations vers le producteur du produit. On mesure la pertinence de cette exigence pour l’agent général par nature multi-produit et multi-clientèle ou, à l’inverse, pour le producteur salarié qui n’a à sa disposition qu’une gamme de produits proposés par une seule société.

Si l’on regarde du côté du courtage ou des CGPI, on retrouve l’exigence d’une « analyse impartiale et personnalisée » des contrats du marché qui commençait à poindre dans le texte de 2002. Il n’est pas difficile de mesurer ce que ces concepts ont de flou sur le plan juridique et l’on voit d’ici les avocats spécialisés se frotter les mains.

Sur le plan des rémunérations, la Profession peut se réjouir du fait que les commissions n’ont pas été interdites mais il s’agit largement d’une victoire à la Pyrrhus. Il sera en effet interdit d’orienter les ventes en modifiant les modes de rémunération et toute incitation « financière ou non financière » faite aux distributeurs sera interdite. Si ce précepte devait être pris au pied de la lettre -ce qu’à Dieu ne plaise- ce serait la fin de la fonction commerciale. Que fait un directeur commercial, si ce n’est piloter ses commerciaux pour qu’ils vendent les produits que l’entreprise souhaite vendre ?

Au total on ne peut s’empêcher de s’interroger sur l’opportunité de faire entrer en vigueur un texte d’inspiration si délibérément anglo-saxonne au moment où les britanniques sortent de l’Union. Les scandales de misselling qui, au cours des dernières années, ont secoué le marché britannique auraient dû conduire la Commission à s’interroger sur l’efficacité d’un système de contrôle basé sur le formalisme et la lourdeur de l’écrit. Nul ne conteste la nécessité d’informer le consommateur et de former les réseaux. On aurait pu penser que les règles en vigueur dans les grands pays du Vieux Continent avaient fait leur preuve, et qu’y ajouter ce formalisme ne pourrait qu’encourager les plus imaginatifs à contourner les règles.

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur La directive DDA : énoncer des évidences et remettre en cause la fonction commerciale.

COMPRENDRE LES CLIENTS, UNE REALITE A REDECOUVRIR

Comprendre les clients devient un impératif d’autant plus crucial que se développe la digitalisation de la société. Big Data, algorithmes, réseaux sociaux, agilité, retargeting,… tout concourt à accumuler des données sur les clients. Mais pour quoi en faire ?

Essentiellement pour lui « pousser » des communications et des offres en lien avec ses achats passés, ses recherches, ses discussions, ses « like », … sur le Net.

Cela suffit-il à comprendre ce que pense réellement le client, comment il peut réagir aux sollicitations, quelles sont ses valeurs et références ? Surtout dans un monde où tout bouge, et pas toujours dans le bon sens : le pouvoir d’achat s’érode au fil des ans, nouvelle donne à laquelle le conDrakkar mars 2014.JPGsommateur doit s’adapter, bon an, mal an.

Manifestement, le behaviorisme quantitatif domine dans le monde du business, au détriment d’une vraie recherche de nature qualitative, seule en mesure d’expliquer voire d’anticiper les réactions des consommateurs !

On parle depuis déjà de nombreuses années des effets générationnels, mais souvent sans en tirer les conséquences ou en caricaturant à l’excès les profils.

Il est important pour le marketing de l’assurance – comme pour les autres activités – de comprendre les mouvements de fond qui sont en train de (re)structurer la Société

L’engouement pour le digital amène à privilégier les investissements sur la « connaissance » plutôt que la compréhension

D’ailleurs les budgets d’études fondamentales ont fondus au profit des observations quantitatives et le Big Data,

Il est temps de remettre un peu d’intelligence dans tout ça !

Parlons-en le 3 mai prochain : http://www.cerclelab.com/conferences/1760-20170502-conf-comprendre-les-clients.html

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur COMPRENDRE LES CLIENTS, UNE REALITE A REDECOUVRIR

NE M’APPELEZ PLUS ASSURANCE VIE

Le concept même de l’Assurance est de « prendre en charge, moyennant rémunération – la cotisation –  un ensemble de risques homogènes de façon à les répartir selon les lois de la statistique ».
En assurance Vie, le risque est double :

  • Celui du placement financier : l’assureur garantit le capital versé par le souscripteur, augmenté des intérêts acquis.
  • Celui de paiement anticipé ou de dispense de paiement des cotisations en cas d’événement prévu au contrat (contre-assurance).

La dénomination « Assurance » est donc légitime, même si dans la majorité des cas, cette forme de contrat ne représente pour le client qu’une des multiples formes d’épargne.

En revanche, dès l’instant où l’assurance transfère le risque principal, c’est-à-dire celui de variation du capital à l’assuré, il ne reste plus guère d’assurance…

Il est donc fallacieux de dénommer « Assurance » un contrat d’assurance Vie en Unités de Compte puisque le capital n’est pas garanti et que l’assuré peut tout perdre en cas de crash boursier ou simplement si les choix d’investissements sont mauvais.

D’ailleurs, malgré les efforts des compagnies pour  promouvoir les UC (limitation des souscriptions en Euros, taux de rendement net à 0 en prenant en compte l’inflation, pression sur les forces de ventes,…) le résultat n’est pas au rendez-vous : -0,6% en 2016 et toujours 81% de souscriptions en € !

 En même temps, le risque ajouté par la loi Sapin 2, c’est-à-dire le blocage possible de l’épargne, était de nature à  décourager les épargnants.
Sans remettre en cause la nécessité de réformer l’assurance vie, il serait opportun de s’interroger sur le vocable même.
Aussi, dans un esprit de clarté et de transparence, ces contrats en UC ne devraient plus être considérés dans la catégorie « Assurance » mais « placements financiers » au même titre que n’importe quel OPCVM.
Alors, pour éviter les promesses fallacieuses, rebaptisons ces contrats en UC.

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur NE M’APPELEZ PLUS ASSURANCE VIE

Existe t-il une typologie de patrons de l’assurance ?

perroquet.jpgAu fil des conversations et des interviews de dirigeants de l’assurance, il m’apparaît que ceux-ci peuvent se ranger en deux grandes catégories. Cette dichotomie peut paraître simpliste, pourtant lorsque je l’évoque auprès de mes pairs, je n’ai que des approbations !
D’un côté, on trouve en majorité des patrons de PME de l’assurance qui, parfaitement conscients des évolutions et des menaces, transforment leur entreprise, la modernise, apportent des innovations vraiment opérationnelles.
De l’autre, les dirigeants de grands groupes qui répètent urbi et orbi le discours des grands cabinets de consultants (l’évangile selon St Mac !), ils investissent en masse dans les fintechs et labs de tous poils sans bien savoir où cela les mène.
La difficulté est, bien sûr –comme dans toute segmentation ou typologie – de tracer une frontière précise car il existe des groupes importants (ex. des grossistes ou IP) dirigés avec dynamisme par des visionnaires et il reste à l’opposé des sociétés de taille modeste résolument engluées dans la vieille économie. Mais chacun reconnaîtra les siens…

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur Existe t-il une typologie de patrons de l’assurance ?

UN VEHICULE A RESPONSABILITE LIMITEE

Le dénouement récent de l’affaire du sinistre mortel survenu aux USA avec une Tesla autonome ne devrait pas manquer d’alerter les futurs utilisateurs de ce type de véhicule !
Rappel des faits : en conduite autonome, le véhicule Tesla n’a pas évité un poids lourd qui lui coupait la route et le « conducteur » a été tué.
Jugement : le « conducteur »CP-MG (V-CS).jpg est fautif car il devait conserver la maîtrise du véhicule ainsi que les mains sur le volant.
Alors, à quoi bon opter pour un véhicule autonome si l’on doit rester prêt à engager une manœuvre d’extrême urgence en cas de défaillance du système de pilotage ? Quel ennui sur les trajets ! Ou plutôt quel stress de devoir intervenir en urgence à tout moment !
On est en droit de penser que le jugement fait la part belle au lobby des constructeurs…
Alors, choisirez-vous un véhicule autonome lors du prochain achat ?
Pour ma part, ces péripéties ne font qu’accroître ma fidélité à ma petite MGB.

Publié dans Assurance auto | Commentaires fermés sur UN VEHICULE A RESPONSABILITE LIMITEE